Christophe Sparkle

LA FIN DU RÈGNE



Tous sont là, présents. Chacun une belle parure, les femelles aussi qui, par nature, étaient ternes, aujourd’hui ont sorti leur plus beau plumage.

À l’avant, les mâles dominateurs. Ils veulent toujours être premiers de la fête. Rien ne se passe sans les mâles.

Le crépuscule ! Non, ce sont les bougies qui s’éteignent. Dans le noir à présent ? Tremblement de becs, tout cela est si nouveau…

Et la porte s’ouvre. Une grande porte massive et lourde. Apparaît alors le seigneur des oiseaux !

Les mâles sont excités, certains commettent des viols ! C’est une orgie, une anarchie !

Calme plus bas dans la cohue, ils comprennent que ce jour est différent des autres jours.

Le roi des oiseaux avance lentement, sur ses longues et graciles pattes, traînant sa rectrice.

"Le roi est malade ?” Quelle imprudence à celui qui demande ça ! Les becs convergent vers l'imprudent. Une règle est une règle et personne ne peut s’y soustraire.

Coups de becs, gerbes de sang. Le jeune oiseau ayant osé…… mort.

Cependant le roi approche de l'autel.

Sur l'autel, une proie. Une jeune “oiselle” pas attachée, nul besoin car personne n’ose défier le roi.

Calmement, toujours aussi sûr de lui, le roi s'abaisse vers l'oiselle. “Quel est ton nom ?” Le roi a parlé !

"Bird…” dit la jeune oiselle intimidée.

Le roi la caresse du regard et…

Silence autour du maître des lieux. Plus aucun mouvement. Tous attendent la sentence finale.

“Mortttttttttt au roiiiiiiiiiiiii !”

Quelques rebelles se jettent sur le roi et d’une force et folie furieuse, de coups de grilles, lui arrachent la tête !

Des rebelles que personne n’attendait… qui aurait pensé que cela arriverait ainsi ? Même l’oiselle n’a pu en profiter. La malheureuse a subi le même sort que le roi.

Le roi gît à présent au sol, dans une mare de sang. Son propre sang. Ses ailes, son bec, arrachés. Qui pourrait le reconnaître ? Personne. Tous les oiseaux se retournent. Un autre le remplacera, peut être.


Pas de scrupule. Qui a tué le roi ? Tout le monde s’en moque. C’est ainsi la vie chez les oiseaux.

C’est…… la fin du règne.


Nouvelle écrite par Christophe Sparkle en 2002, révisé le 28 septembre 2016

<-- Retour